biblioblog096J'ai pu lire Les enfants de la nuit de Frank Delaney, grâce à un partenariat entre Blog-O-Book et les éditions Le Cherche Midi.

4e de couverture : Michael Newman, architecte londonien renommé, a vécu une relation passionnelle avec Madeleine, jeune femme fragile et mystérieuse de quinze ans son ainée, dont il ne connaissait rien, ni son histoire ni son passé. Sans doute était-elle la femme de sa vie, mais il l'a compris trop tard : Madeleine a été assassinée dans d'étranges circonstances.
Trois ans plus tard, Michael, qui ne s'est toujours pas remis de ce drame, prend quelques jours de repos dans un hôtel en Suisse. C'est là qu'il fait la connaissance d'un couple de riche hongrois, qui lui montrent quelques photos de la villa qu'ils sont en train de restaurer en Italie. Sur l'une d'entre elles, Michael reconnaît une tour Eiffel en améthyste, une pièce unique créée pour Madeleine, le seul objet dérobé par l'assassin après le meurtre.
Dès lors, Michael, devenu la proie d'une série d'agressions, décide de lever le voile sur les secrets de Madeleine et de reprendre l'enquête sur sa mort. C'est le début d'un ténébreux voyage qui, de Londres à Venise en passant par New York et Athènes, le conduira au cœur du cauchemar nazi et de ses expériences les plus inhumaines.


Première précision : j'ai retranscrit la 4e de couverture telle quelle mais je signale une erreur de taille ; le héros n'est pas "Michael" mais "Nicholas" Newman !

En ce qui concerne l'histoire, comme il est dit dans le résumé, il s'agit d'une enquête menée par un homme pour retrouver l'assassin de l'amour de sa vie, sur fonds de crimes nazis. J'avoue que je me pose toujours des questions sur l'auteur quand je lis des tortures ou des horreurs décrites dans des romans. Je me demande quelle est sa motivation, quel plaisir il trouve dans ces descriptions et ça me met mal à l'aise. Ici, ça a été le cas, notamment à cause de la multiplication des détails à caractère sexuel. J'aime beaucoup les polars et je lis donc souvent des romans où il est question de crimes et ils ne me font généralement pas cet effet là. Mais ça a été le cas avec Les enfants de la nuit.

Ici, la trame de fond est la seconde guerre mondiale et l'holocauste. Une deuxième série de question s'est donc imposée à moi : est-ce que l'histoire qui nous est présentée recèle un fond de vérité? Est-ce que les expériences dont il est question ont réellement eu lieu? Si ce n'est pas le cas, pourquoi en rajouter avec des crimes ignobles en plus de ce qui a déjà eu lieu, comme si cela n'était pas suffisant... et si ces expériences sont vraies, le fait d'insister sur des détails aussi sordides ne me parait pas forcément justifié. On peut trouver d'autres moyens de susciter l'émotion. J'ai été plus émue par le témoignage d'un des personnages, une mère, sobre et poignant, qui comprend peu à peu tout ce qui se passe autour d'elle et qui tente, avec ses maigres moyens, de protéger son bébé. Bref, vous l'aurez compris, cette lecture m'a interrogée sur de nombreux points et je pense que c'est pour ça que je n'ai pas pu rentrer dans l'histoire. Je ne saurais pas vous dire au final s'il s'agit d'un bon livre ou non, car je suis restée très distante par rapport à ma lecture.

Je peux dire toutefois que j'ai trouvé que le récit se déroulait de manière assez pesante et lente, sans doute en vue d'instaurer une atmosphère particulière pour servir le récit. Mais du coup, je me suis ennuyé sur un certain nombre de chapitres. Je suis passée assez rapidement sur des passages qui me semblaient sans intérêt (et je fais ça très rarement).  Évidemment, il n'y a pas que du négatif dans ce roman et je comprends l'intérêt qu'il a pu susciter chez d'autres lecteurs. Mais, pour ma part, toutes les interrogations que j'ai évoquées plus haut ont quand même freiné mon "enthousiasme". Tout cela mis bout à bout, je dirais que cette lecture ne me laissera pas grand chose si ce n'est un sentiment très mitigé. Je me garderai donc de prendre parti !
Je remercie toutefois blog_o_book et cherche_midi_L_1 pour cet ouvrage offert dans le cadre du partenariat.