Entre_chiens_et_loupsJe sonde toujours le fonds de mon CDI actuel (que je vais malheureusement quitter en juillet) pour découvrir des œuvres de littérature jeunesse que je ne connais pas. Vendredi, j'ai pioché Entre chiens et loups de Malorie Blackman et je dois dire que je ne regrette pas mon choix.

L'histoire se situe dans un monde qui ressemble beaucoup au notre à quelques détails près : les Nihils (blancs), longtemps esclaves des Primas (noirs) sont aujourd'hui libres mais très mal considérés dans la société : traités par le mépris et occupant des emplois subalternes, ils ne peuvent prétendre aux même droits que les Primas. Callum est un Nihil et sa mère travaille pour les Hadley, famille de Primas aisée et haut placée (le père est ministre). Il  grandit ainsi avec Sephy, la cadette des Hadley. Lorsque sa mère est renvoyée pour une obscure raison, les deux adolescents sont sommés par leurs deux familles de ne plus se côtoyer. Mais Callum, après beaucoup d'efforts, arrive à intégrer le collège de Sephy, avec 3 autres Nihils. Cette "intrusion" des Nihils dans une école auparavant réservée aux seuls Primas est très mal vécue et représente le point de départ d'un déchainement de haine et de violence entre les deux "clans".

Un livre, comme vous l'avez sans doute compris, qui traite de la différence, de la ségrégation (la couleur de peau détermine ici la place de chacun dans la société) et de l'intolérance. On ne trouve pas de manichéisme tendant à pointer du doigt l'un ou l'autre des deux clans, chacun étant porteur de violence mais aussi d'espoir, même si évidemment la position de dominant des Primas leur donne une responsabilité plus grande dans l'enlisement de la situation. Cependant, la violence dont font preuve les Nihils en réponse à ces agissements est également dénoncée (du moins, je l'ai pris dans ce sens ;-).

J'ai été assez captivée par cet ouvrage que je trouve juste et émouvant en bien des points. La nature humaine (dans ce qu'elle a de plus moche) est bien décortiquée, et même si on trouve quelques traits forcés ou caricaturaux (mais c'est dur d'y échapper), je trouve que c'est un ouvrage qui mérite qu'on s'y attarde.

Il s'agit en outre du premier tome d'une série qui en compte quatre :
- Le tome 2 : La couleur de la haine
- Le tome 3 : Le choix d'aimer
- Le tome 4 : Le retour de l'aube

Je ne sais pas si je lirai les autres tomes (j'ai peur d'être déçue par la suite, comme c'est souvent le cas dans ce genre de série), en tout cas, je recommande Entre chiens et loups.

4e de couverture :

Callum m'a regardée. Je ne savais pas, avant cela, à quel point un regard pouvait être physique. Callum m'a caressé les joues, puis sa main a touché mes lèvres et mon nez et mon front.  J'ai fermé les yeux et je l'ai senti effleurer mes paupières. Puis ses lèvres ont pris le relais et ont à leur tour exploré mon visage. Nous allions faire durer ce moment. Le faire durer une éternité.  Callum avait raison : nous étions ici et maintenant. C'était tout ce qui comptait. Je me suis laissée aller, prête à suivre Callum partout où il voudrait m'emmener. Au paradis. Ou en enfer


Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir est riche, puissant et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé. Un monde où les communautés s'affrontent à coup de lois racistes et de bombes. C'est un monde où Callum et Sephy n'ont pas le droit de s'aimer. Car elle est noire et fille de ministre. Et lui blanc et fils d'un rebelle clandestin...  Et s'ils changeaient ce monde ?