CP_encard_expresso

Sur le site du Café pédagogique, il est question dans L'expresso d'aujourd'hui des réactions suscitées par les EGSC et les annonces faites par Luc Chatel, Ministre de l'Éducation Nationale.

Il apparait que les propositions avancées ne semblent satisfaire ni les élèves, ni les parents d'élèves, ni les élus. Le syndicat général des lycéens  (SGL) précise que "La surveillance des lycées par des moyens technologiques n’est pas une solution à la violence scolaire ! Il faut donner plus de moyens aux lycées, mais surtout une école plus juste, plus égalitaire, et plus adaptée aux lycéens".

Par ailleurs, un certain nombre d'élus d'Île de France, région particulièrement concernée par les phénomènes de violence scolaire, semblent également dubitatifs face aux propos du ministre : "Il "déplorent" les annonces du ministre de l'éducation nationale à l'issue des EGSE, une "approche sécuritaire"  du traitement de la montée des violences. "Des propositions en total décalage", affirment-ils. "Pas d'augmentation du taux d'encadrement humain dans les établissements et maintien des suppressions de postes, confirmation de la réforme de la masterisation qui sacrifie la formation des enseignants". Ils dénoncent aussi leur mise à l'écart lors des EGSE."

Pour consulter cet article dans son intégralité, rendez-vous sur le site du Café Pédagogique...