junkAprès Un été au bord du fleuve, Junk est le deuxième roman que je lis de Melvin Burgess. Il faut dire pour commencer que les deux n'ont rien à voir l'un avec l'autre, si ce n'est que les deux traitent de l'adolescence, mais de façon complètement différente. J'ai beaucoup aimé les deux, même si ma préférence va encore à Un été au bord du fleuve.

Junk relate l'histoire d'adolescents britanniques en perdition qui finissent pas tomber dans la drogue : Nico est battu par son père, sa mère est alcoolique ; Gemma ne supporte pas l'autorité et rêve de partir de chez elle. Après avoir fugué, ils se retrouvent dans un squat, avec des consommateurs d'héroïne et ne tardent pas à se laisser tenter...

Ce n'est pas facile de parler de drogue à des adolescents en évitant les poncifs et les jugements moraux. Melvin Burgess a parfaitement réussi son entreprise, à mon humble avis. Un roman fort car il relate la dégringolade progressive de deux ados assez perdus pour penser que l'on peut prendre des drogues dures sans être dépendants et sans conséquences. Il met aussi en avant la volonté de s'en sortir et la nécessité d'être aidé quand on veut décrocher de la drogue, que ce soit par des institutions spécialisées ou par sa famille.

Il s'agit d'un roman polyphonique, les deux principaux personnages étant tour à tour narrateurs ainsi que les personnes qui gravitent dans leur entourage : leurs compagnons de "défonce", des amis qui veulent les aider, leurs parents... On voit ainsi les différences de points de vue, la façon dont les "junkies" peuvent se voir et penser leur situation mais aussi l'image qu'ils donnent d'eux-mêmes. La lente dégringolade est bien décrite, de l'insouciance des premiers temps où la drogue fait "seulement" planer jusqu'au moment où il n'est plus possible de s'en passer, où on ferait n'importe quoi pour une dose et où il ne reste plus qu'une longue et douloureuse descente entre chaque shoot. Les mécanismes de groupe sont également très bien dépeints : Gemma et Nico vivent entourés de jeunes drogués d'où la difficulté d'échapper à la drogue quand elle est partout et qu'il est si facile de s'en procurer.

C'est une histoire dure, très réaliste, qui ne manque pas de marquer et c'est évidement l'objectif. Un livre à lire, sans hésitation.

4e de couverture : Un père violent, une mère alcoolique. La vie de Nico est devenue intolérable. Une seule issue, fuir. Fuir avec gemma, révoltée, désespérée, qui le suit par défi, par goût de l'aventure aussi. Comment s'en sortir à quatorze ans, sans ressources, sans abri ? Squatter, fumer... Très vite ils sont pris dans l'engrenage de la drogue. La première dose d'héroïne les précipite dans une longue descente aux enfers. Nico et Gemma deviennent des junkies. Ils n'en sont pas encore conscients.