9782020849487Matt Ruff est un auteur américain qui aime mélanger et s'essayer à tous les styles : SF, thriller, polar psychologique... Dans La Proie des âmes, il nous livre un thriller "psychanalytique" pas piqué des vers (comme on dit chez moi ;-)

4e de couverture : Andy Gage souffre de troubles de la personnalité multiple. Sa tête abrite plus d'une centaine d'âmes, toutes "nées" à la suite de traumatismes, et qui tentent de cohabiter. Andrew, sa dernière âme, a pris le contrôle de son corps et peut-être enfin réussi à mettre un peu d'ordre dans la "maisonnée"... Jusqu'à l'arrivée dans la vie d'Andy Gage de Penny, atteinte du même mal. Lorsque certaines âmes de Penny implorent Andrew de les aider, celui-ci accepte à contrecoeur. Au risque de mettre en péril son propre équilibre et de causer sa perte...

Penny souffre de TPM sans vraiment le savoir : elle est sujette à des trous noirs et se réveille parfois au bout de plusieurs jours dans des situations souvent fort désagréables. Pendant ces trous noirs, d'autres âmes, plus féroces et moins timides que Penny, prennent le relais. L'arrivée de cette jeune fille en détresse, conjointement à la survenue d'un nouvel évènement traumatisant (Andrew assiste à la mort d'un homme), vont faire basculer l'équilibre de la maison intérieure d'Andy Gage (construite pour mettre un peu d'ordre dans sa tête et discipliner toutes ses "personnalités" différentes) et pousser Andrew et les autres âmes à retourner sur les lieux de leur enfance, aux origines du traumatisme et de l'émiettement de l'âme d'Andy Gage...

Il ne s'agit pas d'une histoire de fou (pour faire un mauvais jeu de mots) mais d'une histoire sur la quête de l'identité et de la vérité, dans l'optique de se reconstruire, agrémentée par une trame policière autour de la mort du beau-père d'Andy. Le fil conducteur se rapporte bien évidemment  à l'horreur et aux conséquences de sévices commis sur des enfants : Penny et Andy ont subi des formes de "torture" différentes de la part de leur parent, mais tout aussi traumatisantes.

Une histoire, donc, avec un postulat de départ très original, par la suite très bien exploité même s'il est vrai que cette rencontre entre deux individus atteints de TPM peut sembler invraisemblable, mais après tout, c'est une fiction ;-) Un livre en tout point intéressant, donc, même si, à mon humble avis, ce roman aurait gagné à être un peu plus court, certains passages traînant en longueur... Ce serait encore mieux si la traductrice n'avait pas eu l'irritante habitude de confondre les verbes "serrer" et "servir", comme par exemple dans la phrase "Andrew est de l'autre côté de la rue, il SERT la main du commissaire Bradley à travers la vitre baissée de la voiture de police" (p 588 s'il vous prenait l'envie de vérifier, et sur d'autres passages encore mais je n'ai pas tout noté). Bon, je sais, je suis tatillonne, au fond, ce n'est qu'un détail, mais quand même !

Toutefois, et malgré ces quelques critiques, j'ai quand même aimé, notamment parce que ça ne ressemble à rien de ce que j'ai déjà lu (surprise assurée), et que l'on est assez captivé par ces changements de personnalité même si cela reste difficile à se représenter. Un roman à lire, donc, seul ou à plusieurs :-)